RE2020 : les Organisations Professionnelles du BTP adressent leurs propositions au gouvernement

Revoir le calendrier, la trajectoire et les exigences de la RE2020, tels sont les demandes des 8 organisations de la filière construction aux Ministres de la Transition Ecologique et du Logement ce jour.

Alors que le CSCEE doit débattre aujourd’hui des propositions gouvernementales relatives à la RE 2020, les acteurs de la filière construction ( L’USH, la FPI, le Pôle Habitat FFB, la FFB, la Fédération SCOP BTP, la CAPEB, l’UNSFA et l’UNTEC) viennent d’adresser un courrier commun à la Ministre de la Transition Ecologique et à la Ministre du Logement pour leur faire part de leurs objections et propositions.

Dans ce courrier commun, les 8 organisations rappellent qu’elles se sont fortement mobilisées pour mener à bien l’expérimentation E+C- et regrette la traduction malheureuse et technocratique d’une partie des mesures proposées.

Elles soulignent l’absence d’éléments permettant d’évaluer l’impact technique, économique et financier des choix opérés par le Gouvernement en faveur de la méthode de calcul ACV.

Dans ce courrier, la filière construction présente 15 ajustements essentiels permettant de réunir toutes les chances d’acceptation de la nouvelle réglementation proposée. Parmi les ajustements demandés figurent la nécessité de revenir sur l’interdiction du chauffage au gaz dès 2021 en maison individuelle et 2024 pour les logements collectifs et d’admettre des solutions de chauffage hybrides comme alternatives.

Les signataires demandent une trajectoire et un calendrier de mise en oeuvre progressifs, intégrant tous les aspects de la problématique (maturité et compétitivité des solutions disponibles, soutenabilité économique) et qui garantissent la liberté de choix des solutions et de l’architecture, qui favorisent l’innovation dans la filière et qui apportent aux occupants confort, bien-être et économies.

Enfin, les signataires mettent en garde contre les risques d’échec de la RE2020 doublé de conséquences majeures pour les filières, tant en termes économiques que sociaux. Ils invitent les Ministres à réviser les textes présentés, à accepter des délais de mise en oeuvre raisonnables et à réajuster les seuils de besoin bioclimatique, d’énergie, de carbone et de confort d’été.

Voir ici le courrier et les propositions d’ajustements.