Coronavirus : Canicule et COVID-19 : rappel des bonnes pratiques

La Direction Générale du Travail (DGT) a rappelé le 4 aout, les précautions à prendre pour se protéger des fortes chaleurs au travail, tout en tenant compte du contexte particulier de l’épidémie de COVID-19.

 

Concernant les salariés du BTP, exerçant fréquemment leur activité en milieu extérieur, il convient d’être attentifs au risque de déshydratation que les salariés pourraient présenter en cas d’exposition et mettre en place des mesures de prévention à l’égard de salariés.

L’obligation incombant à l’employeur de protéger ses salariés des conséquences d’une vague de chaleur découle directement du principe général édicté par le Code du travail obligeant l’employeur à prendre toutes les mesures nécessaires afin d’assurer la sécurité et de protéger la santé des travailleurs dans leur entreprise (article L. 4121-1).

À cet effet, l’employeur doit évaluer le risque « fortes chaleurs » lié aux ambiances thermiques et le consigner dans le document unique d’évaluation des risques. Il est en outre tenu d’établir un plan d’action de prévention de ce risque.

Cette année, le contexte particulier de COVID-19 vient s’ajouter au risque de fortes chaleurs lié à la canicule.

 Ainsi, l’instruction interministérielle du 29 mai 2020 prévoit que :

 

1-  Exemples de mesures préventives à prendre par l’employeur :

  • Être attentif à la météo : Sur les chantiers, la première mesure consiste à vérifier chaque jour les conditions météorologiques afin d’évaluer le risque. La vigilance est impérative dès que la température atteint 30°C

  • Reporter les tâches les plus pénibles, dès lors qu’elles ne présentent pas d’urgence

  • Aménager l’organisation du travail afin de limiter l’exposition des salariés aux températures les plus fortes de la journée, notamment lorsque les travaux sollicitent un effort physique soutenu et/ou exposant à de très fortes températures (adapter les horaires de travail, le rythme de travail, privilégier les aides mécaniques à la manutention, pauses supplémentaires ou plus longues, privilégier le travail d’équipe…)

  • Assurer à ses salariés un approvisionnement régulier et facile d’accès en eau potable et fraîche. à proximité des postes de travail : sur les chantiers du BTP, les employeurs sont tenus de mettre à la disposition des salariés au moins 3 litres d’eau par jour et par salarié (en privilégiant les bouteilles individuelles dans le contexte de l’épidémie)

  • Renouveler l’air de façon à éviter les élévations exagérées de température dans les locaux de travail fermés tout en évitant les ventilateurs qui pourraient faciliter la dispersion du virus

  • Mettre à disposition un local frais permettant l’accueil des salariés dans des conditions préservant leur santé et leur sécurité tout en respectant la distanciation physique. A défaut, prévoir l’aménagement des chantiers

  • S’assurer que le port des vêtements de travail des salariés est compatible avec de fortes chaleurs (systèmes d’aération pour éviter la transpiration…). Il est également conseillé que les salariés se protègent les yeux avec des lunettes de protection teintées

2-  Symptômes alarmants et mesures d’urgence :

En cas de malaise ou coup de chaleur :

 -       Alerter les secours médicaux en composant le 15 ;

 -       Rafraîchir la personne ;

 -       Transporter la personne à l’ombre ou dans un endroit frais et lui retirer ses vêtements superflus ;

 -       Asperger le corps de la victime d’eau fraîche ;

 -       Produire le plus de ventilation possible ;

 -       Donner de l’eau si le travailleur n’est pas victime de troubles de la conscience.

 

3-  Réévaluation quotidienne des risques

En cas de déclenchement par Météo France de la vigilance rouge dans un département, l’employeur doit réévaluer tous les jours les risques d’exposition pour chacun de ses salariés en fonction de l’évolution de la température et de la nature des travaux considérés. Il doit ajuster les horaires et charges de travail, et garantir l’alimentation en eau.

Si les précautions prises sont insuffisantes pour garantir la santé et la sécurité des travailleurs, il doit suspendre l’activité. Il peut alors notamment placer ses salariés en activité partielle.

Nous attirons votre attention sur le fait que l’inspection du travail reste mobilisée pour vérifier que ces mesures de précaution sont bien appliquées, notamment dans le secteur du BTP. Les services de santé au travail sont également mis à contribution pour aider les employeurs à prendre les mesures de prévention nécessaires.

 

 Liens utiles :

 

- Plan National Canicule 2017

 - Instruction interministérielle du 29 mai 2020 : prévention de la canicule et COVID-19     

 - Recommandations en matière d’aération, ventilation, et climatisation

 - Mémo IRIS-ST : Les conditions climatiques particulières

 

Affiches :

 - Dépliant d’information aux employeurs : vague de chaleur, je me prépare et j’agis

 - L’affiche d’information des travailleurs sur les fortes chaleurs à apposer sur les lieux de travail